Home page

back

UN WEEK-END A MARAVAGI

de Jessica Delarue (Photos: J. Delarue)

 

Nous n'avons pas quitté Honiara depuis quelques semaines et maintenant nous sentons le besoin de nous évader. Ras-le-bol des voitures, des poubelles (voir les photos de C. Himmelberger sur le site) et surtout de voir l'océan tous les jours sans pouvoir se baigner.

A la plage d'Honira
A la plage d'Honiara

Alors c'est décidé, ce week-end nous allons à Maravagi. Nous avons rendez-vous sur la plage pour prendre le "bateau" car Maravagi Resort est sur une île qui appartient à l'archipel de Florida Islands plus connue sous le nom de Nggela Islands, qui se situe en face d'Honiara. La traversée est très belle car petit a petit nous nous éloignons d'Honiara que nous pouvons voir de loin puis finalement nous apercevons au nord Nggela Island, à l'ouest Savo et au sud Guadalcanal. Lorsque nous atteignons Nggela Island nous passons entre l'île Sandfly et Kovuhika puis d'autres petites îles pour enfin arriver à Mana où se trouve l'hôtel. Parfois durant ce petit voyage nous pouvons voir des dauphins et des baleines, tout le temps des poissons volants jaillisant de la vague du bateau puis rasant l'eau sur une vingtaine de mètre avant d'y replonger.

Lorsque nous arrivons a l'hôtel sur une plage de sable blanc, deux jeunes filles nous amènent un verre de bushlime (boisson fraîche à base de lime et de sucre) et nous mettent un collier de fleurs autour du cou avant de nous montrer notre bungalow. A ce moment, nous nous sentons à l'autre bout de la terre et surtout très loin de notre pays.

Joyce et Mathias ont ouvert cet hôtel le 13 août 1996. Ils sont de Nggela Islands. Une partie de l'île de Maravagi appartient à Mathias qui l'a reçue à son mariage, par tradition, de sa belle-famille. Joyce m'a expliqué que normalement les terres sont données comme dote mais qu'à Honaira, par exemple, elles ont été vendues au gouvernement. Ils ont eu l'idée de construire un hôtel grâce à un ami australien qui leur avait suggéré de faire des affaires dans le domaine touristique et ils ne le regrettent pas.

L'hôtel Un bungalow
L'hôtel Un bungalow

L'hôtel a beaucoup de charmes probablement parce qu'il a été construit par des indigènes donc les bungalows sont architecturalement traditionnels. Ils se donnent beaucoup de peine pour la décoration et aussi pour que nous nous sentions bien. Il comporte pour l'instant 15 chambres, la plupart étant des bungalows, et ils continuent à en construire d'autres. Ils ont beaucoup de personnel qui se compose de trois chefs cuisiniers, deux serveurs, deux barmans, quatre personnes qui s'occupent de la maintenance, deux conducteurs pour les canoes, deux jeunes filles comme aides et aussi quelqu'un qui s'occupe du générateur. Tous sont de Nggela Islands et vivent dans un village derrière l'hôtel. Pour les enfants une école se situe sur l'île d'en face et ils la rejoignent en canoë souvent tous seuls. La nourriture est achetée principalement à Honiara. Le porc, certains légumes et surtout le poisson sont achetés dans les villages aux alentours.

Ridau A la plage L'eau est très claire
Fabriqué avec des coquillages A la plage L'eau est très claire

A Maravagi, l'eau est très claire, donc d'une excellente visibilité, ce qui est idéal pour le snorkling et la plongée. Depuis 4 ans un centre de plongée s'est installé à l'hôtel. C'est un australien, David, qui s'en occupe en ce moment avec quelques indigènes qu'il a formés lui-même. Ils ont beaucoup de succès, les Australiens sont les touristes les plus fréquents, quelques Néo-Zélandais, aussi des locaux et quelques américains et beaucoup de Suisse. Les Iles Salomons, en général, sont réputées pour être un des plus beaux endroits au monde pour ses fonds marins. Depuis Mana Island, il y a beaucoup de sites très intéressants pour les plongeurs tels que des grottes, des épaves et surtout ses splendides et divers habitants. Pour ceux qui désirent juste se détendre, faire un peu de snorkling et faire un premier essai de plongée l'endroit est idéal. David est très sympathique et surtout un professeur très qualifié.

Durant les tensions ethniques, l'hôtel était fermé. Heureusement pour Joyce et Mathias, l'armée Australienne et Néo-Zélandaise venaient passer leur week-end ou leur jour de repos dans leur hotel. Grâce à l'armée ils ont pu survivre et surtout l'île a été épargnée des pillages qui ont ravagé les autres endroits touristiques.

Actuellement le tourisme recommence gentiment à augmenter mais à cause de l'intervention militaire sur le sol salomonais, quelques touristes ont eu peur et ont annulé leur séjour.

Jessica Delarue, Genève
Honiara août 2003

© août 2003 Jessica Delarue

up